"Le Colisée fut officiellement inauguré sous le règne de l'empereur Titus en l'an 80 de notre ère,
avec une débauche de combats et de chasses aux fauves et dans un bain de sang,
qui dit-on, aurait duré cent jours."
p.63

 

Le Colisée l'histoire et le mythe

Résumé :
Dans un récit aussi vivant qu’original, Keith Hopkins et Mary Beard invitent le lecteur à un périple, fait de légendes et d’histoires, au cœur du plus mythique des monuments : le Colisée de Rome. Construit entre 71 et 80 après J.-C. par l’empereur Vespasien, le Colisée suscite fantasmes et inexactitudes. À quoi servait-il ? Comment se déroulaient les jeux ? Quelle était la vie d’un gladiateur ? Qu’en pensaient les Romains ? Des chrétiens ont-ils vraiment été jetés aux lions ? Comment le monument a-t-il survécu à travers les âges ? À partir des meilleures sources et des recherches archéologiques les plus récentes, les auteurs – spécialistes reconnus de l’Antiquité – démêlent le vrai du faux pour nous raconter la fabuleuse histoire du plus grand symbole de l’Empire romain. Des invasions barbares jusqu’à aujourd’hui, ils décrivent aussi l’étonnante seconde vie de ce monument qui fut, tour à tour, un fort, une église, un jardin botanique et une fabrique de colle… Plein d’anecdotes et d’illustrations, ce livre, érudit et divertissant, est la meilleure biographie du Colisée.

Mon avis :
Le Colisée qui tire son nom du colosse de Néron et construit sous Vespasien et Titus, est un lieu fantasmé, inconnu et connu à la fois. Les historiens Keith Hopkins et Mary Beard qui connaissent nos défaillances sur ce monument, nous emmènent à la découverte de ce lieu mythique qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Divisé en six chapitres, les auteures vont balayer quelques idées reçues et rétablir ce qui peut être rétabli. Dans le cas contraire, ça sera des suppositions.

Les sources :
Suppositions et vérités, car les sources des autrices sont principalement l’archéologie et la lecture d’auteurs antiques comme Dion Cassius, de fait ces dernières ne sont pas toujours fiables ou compréhensibles. Cela étant et malgré ces handicapes et l’évolution du Colisée au fil du temps, il faut dire que dans l’ensemble l’approche a été assez efficace, à l’arrivée on aura en effet une meilleure vision spatiale, humaine et historique de ce bâtiment. Même s’il est vrai que le monceau de supposition peut parfois agacer et frustrer le lecteur, ainsi que le manque d’image en couleur (pourquoi grises !?).
Toutefois, si les autrices arrivent à-peu-près à nous rendre correctement visible ce monument en parlant des gladiateurs, des fondations, des écoulements d’eau, du nombre de spectateur, de la largeur des sièges, de la protection contre le soleil, etc., elles montrent aussi la difficulté de comprendre entièrement ce monument qui soulève encore aujourd’hui quelques questions par rapport aux écrits qui existent sur lui, comme par exemple la bataille navale que Dion Cassius raconte alors qu’apparemment le sol peut difficilement être étanche avec tout le système de monte-charge existant.

Source: Externe
Colisée intérieur

Miroir de la société :
Mais aborder le Colisée ce n’est pas qu’aborder un bâtiment. En effet, approcher ce monument c’est aussi approcher la société qui l’occupe et l’a construit. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il raconte beaucoup sur la société de l’époque, quand bien même les auteurs ne peuvent pas être catégoriques, là aussi par manque de source. Ceci est par exemple manifeste quand ils abordent la hiérarchisation de la société visible dans les gradins, et où dans le même temps ils pensent que la frontière peut vite être troublée lorsqu'il y a des délégations, des amis qui accompagnent le sénateur, des esclaves, etc.
Cependant, sur le point politique, là, ils semblent un peu plus sûre de ce qu'ils avancent. De fait, on va vite se rendre compte et avec certitude que cet édifice est un excellent témoignage de la vie politique dans la capitale de l’empire. Les spectacles d’animaux ou de gladiateurs (qui meurent quand même pas mal) qui sont donnés par les empereurs ou les aristocrates, révèlent en effet une volonté d’étaler sa puissance, sa richesse, et de se faire voir par le peuple. Toujours d’un point de vue politique, son emplacement n’a rien d’anodin non plus, et indique une volonté de Vespasien de restituer au peuple romain un espace occupé par le faste de Néron, marquant ainsi une coupure nette avec ce dernier et une nouvelle politique.
Le site et ses spectacles, sont donc un miroir de la société, mais ils sont aussi un des meilleurs témoignages qui existent sur les empereurs, puisque ce lieu permet de jauger un empereur par son comportement dans le Colisée. Par ailleurs, il permet de sentir l'esprit romain face à ces empereurs : quiétude d'être commandé par un sage ou peur d'être commandé par un fou.

Image associée
Jean-Léon Gérôme Pollice verso

Occupation :
Mais le Colisée ce n’est pas qu’une histoire antique et païenne. C’est aussi une histoire chrétienne, médiévale, botanique, d’imagerie populaire, de construction et de déconstruction que les auteurs ont pris soin d’aborder.
Partant donc de la fin de la splendeur romaine, qui marque la fin de l’amphithéâtre et le début de sa ruine, les historiens Beard et Hopkins vont nous apprendre comment une fois les temps païens passés et le christianisme bien établit, le Colisée a été utilisé ou perçu. Spoiler, il a eu plusieurs vies.  
De la vision botanique de l’anglais Richard Geakin, en passant par l’occupation médiévale, à sa reconversion en carrière de pierre (qui a bien failli finir de l’achever), le Colisée a été par la volonté des hommes ou du hasard, un champ d’expérience varié. Toutefois, le plus surprenant pour moi, a été de découvrir l’utilisation catholique de ce monument païen. J’avoue que jamais je n’aurai imaginé, que ce lieu devienne un lieu de culte chrétien, avec ses offices, sa petite chapelle, sa croix, ses croyants, etc. Plus étonnant, jamais je n’aurai imaginé que cette enveloppe chrétienne allait participer à sa préservation et diminuer sensiblement le pillage des pierres.
Bref ! Les auteurs ont pris soin d’aborder le Colisée après sa fastueuse période, d'aborder aussi ses études et reconstructions dans le passé, et c’était très enrichissant et agréable. Je ne regrette pas ces parties où j'ai appris beaucoup. Peut-être même celles où on en apprend le plus avec certitude.

Source: Externe

Défauts et conclusion :
Qu’on ne s’y trompe pas, j’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre car j’ai appris beaucoup de chose sur le Colisée et ce qui l’entoure. La petite touche d’humour des auteurs n’était pas non plus pour me déplaire. Néanmoins et outre les photos grises que je dénonçais au début - en plus de la couverture pas terrible -, je n’ai qu’un reproche à faire à ce livre, c’est sa fastidiosité (je ne sais même pas si le mot existe). En effet, les passages un peu trop techniques avec moult mesure et chiffre qui nous échappent aussitôt lus, étaient pour moi assommant à lire et je m’en serais passée bien volontiers… Mais heureusement il y en avait peu, et finalement le positif l’emporte largement sur le négatif.
En conclusion, c’était une lecture enrichissante. Un livre à lire pour balayer les idées reçues et découvrir ce monument si méconnu.

Éditions Tallandier et Babelio.  

Note :

bien